Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ecurie Kevyn Thonnerieux

Actualités de l'écurie Kevyn Thonnerieux, entraîneur et driver de chevaux de courses

Ils sont où les chevaux, ils sont où ?

En parcourant Paris-turf.com, nous sommes tombés sur un article fort intéressant, une interview d’Antoine Marion, jeune entraîneur en pleine réussite depuis son installation l’an dernier. Cet entraineur, originaire de Maine-et-Loire, ne possède pas un effectif pléthorique, seulement 6 à 8 chevaux, mais il est toujours à la recherche de bons chevaux pour des clients désireux d’investir comme beaucoup d’entre nous. Malheureusement, il ne trouve pas chaussure à son pied, les bons chevaux ne sont pas à vendre, les moyens se vendent beaucoup plus facilement mais à des prix rédhibitoires malgré la crise économique qui touche tout le monde actuellement.

En effet, nous sommes également dans le même cas de figure, nous avons pas mal de clients qui désirent investir dans notre écurie, la liste d’attente est assez importante mais nous sommes incapables de leur proposer quoi que ce soit en ce moment. Antoine Marion décrivait très bien la situation, tout le monde dans la profession se plaint de la situation économique actuelle, qui ne le ferait pas, nous sommes presque tous logés à la même enseigne, les temps sont rudes pour l’ensemble de la filière. Pour autant, personne n’est vendeur, vous ne trouvez aucun cheval « valable » sur le marché, même avec un budget conséquent, par contre, vous pouvez toujours trouver des chevaux aux alentours de 15/20.000 €, des chevaux sans réels potentiels, qui avouons le, ne valent même pas ce prix. Si vous sortez le chéquier en alignant les zéros, vous pouvez peut-être avoir une chance de trouver votre bonheur, enfin un cheval sympathique, mais qui ne sortira pas du lot non plus. Les bons ne sont jamais à vendre, les valables à prix abordables ne le sont pas plus, les entraîneurs veulent absolument conserver le ou les chevaux qui leur permettent de faire tourner la boutique, ceux qui paient les mauvais résultats des « moyens ».

Aujourd’hui, demander à un propriétaire de mettre beaucoup d’argent sur un cheval est presque faire insulte à leur intelligence. Ceux qui connaissent un peu les chevaux, savent très bien qu’il est difficile, même impossible de prédire l’avenir d’un cheval, quel que soit le prix d’achat. Certes, il s’agit d’une passion ou d’un loisir pour certains mais les clients ne sont pas non plus des vaches à lait. Tout cela à un cout, ils ne demandent pas forcément un retour sur investissement mais ils ne sont pas là non plus pour jeter leur argent par les fenêtres. Pour les petits propriétaires, au portefeuille plus réduit, qui investissent souvent entre 15 et 30.000€ en association pour réduire les risques financiers et placer ensuite leur cheval en location chez un entraîneur, trouver la perle rare est un devenu un vrai parcours du combattant. Dans ses tarifs, il ne faut plus avoir trop d’illusions, vous trouverez toujours des chevaux mais des petits moteurs, qui auront bien du mal à faire le bonheur d’un propriétaire.

Conclusion, la crise est là, bien présente, elle plane au-dessus de nos têtes et chacun essaye de gérer au mieux pour garder la tête hors de l’eau. Pour autant, le marché est fermé, très fermé, même avec un budget conséquent, trouver des chevaux n’est pas un problème en soi, mais trouver les bons devient une vraie chasse au trésor. Pour notre part, nous ne ferons pas d’achat inutile, nous essayerons de dénicher de bonnes affaires, avec pourquoi pas, avec un soupçon de réussite, tomber sur une Félicia de Bess ou une Ebabiela. L’espoir fait vivre….

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

VERBESSELT 14/04/2021 15:54

Bonjour la team et encore merci pour cet excellent article. Bisou auprès d' Ismael de ma part et bonne continuation.
Cordialement.