Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ecurie Kevyn Thonnerieux

Actualités de l'écurie Kevyn Thonnerieux, entraîneur et driver de chevaux de courses

Plaqués à déclarer ?

C’était dans les tuyaux depuis un bon moment, nous allons bientôt devoir déclarer les chevaux plaqués avant chaque course auxquels ils participeront, soit le même principe que pour les chevaux étant déferré. Après plusieurs réunions sur le sujet, le comité devrait trancher aujourd'hui, un temps pressenti uniquement pour les chevaux âgés de 2 et 3 ans, il se pourrait bien que tous les chevaux soient dans l’obligation de déclarer ce qu’ils auront sous les pieds afin de permettre aux turfistes d’avoir toutes les informations à leur disposition. Nous savions pertinemment qu’avec la pression des réseaux sociaux sur le sujet, nous n’aurions pas trop le choix, de plus, beaucoup militent pour que le déferrage soit purement et simplement supprimé, certains défendent le bien-être animal quand d’autres pensent avant tout à l’élevage.

Le fait de déferrer les chevaux des quatre pieds a un effet améliorateur indéniable sur la performance des chevaux, elle est bien réelle, ne soyons pas dupes, le fossé est énorme entre ceux courant ferré et lourdement ferré et ceux étant pieds nus. Le poids est l’ennemi de la vitesse, retirer les fers permet au cheval de gagner en légèreté et d’avoir une allure plus naturelle, elle entraine aussi une meilleure oxygénation du sang, ce qui permet obligatoirement de gagner en rapidité. Le déferrage améliore en moyenne la réduction kilométrique d’une à deux secondes selon certaines études. Pourtant les fers sont d’une grande importance pour nos chevaux, ils permettent protection et équilibre, elles ont aussi pour but d’améliorer les aplombs naturels du cheval. Avoir un bon maréchal-ferrant à sa disposition est d’une extrême importance, heureusement nous sommes très bien lotis dans ce domaine grâce à notre collaboration avec Bernard Sapienza. Concernant l’élevage, nous ne sommes pas des spécialistes, mais nous avons pu constater comme d’autres, que les meilleurs reproducteurs sont pour la plupart des étalons ayant réalisé des performances à haut niveau en restant ferré ou seulement déferré des postérieurs. Certains experts pointent également du doigt les courses et l’effet désastreux du déferrage sur leur régularité, à leurs yeux, les courses sont tout bonnement faussées avec la présence de chevaux def4 face aux ferrés. A contrario, on peut également souligner que certains éléments n’auraient jamais pu faire carrière sans le déferrage, nous connaissons beaucoup de chevaux incapables de prendre le moindre centime sans être présenté pieds nus. Sans ce petit coup de pouce, de nombreux chevaux seraient restés sur le bord de la route, ils ont été sauvés grâce au déferrage pour le plus grand bonheur de petits propriétaires.

Personnellement nous sommes pour le bien-être animal, si le fait de rester ferré apporte le confort nécessaire et aucune douleur à nos chevaux à court et à moyen terme, nous signerons des deux mains pour interdire cette pratique. A ce jour, nous ne pouvons pas le faire, les chevaux étant pieds nus possèdent un avantage considérable sur des chevaux ayant besoin de leurs fers pour pouvoir courir. Si demain, les officiels venaient à interdire le déferrage et que nous courions à armes égales, nous serions les premiers à mettre le maximum de confort sous les pieds de nos chevaux mais à l’heure actuelle, nous en sommes loin. De nos jours, on en demande toujours plus à nos chevaux, ils doivent trotter de plus en plus vite, de plus en plus jeune, ils sont travaillés dans ce sens dès leurs plus jeunes âges, ce qui occasionne de gros dégâts, on peut constater qu’il est de plus en plus difficile de faire vieillir les chevaux désormais.

Pour en revenir au sujet initial, nous ne sommes absolument pas contre le fait de déclarer les plaqués du moment que cela reste dans cette catégorie d’âge (2 et 3 ans). En effet, comme nous l’avons déjà écrit, trop d’informations tuent l’information, notre métier n’est pas de perdre notre temps à passer des heures derrière l’ordinateur pour déclarer telles ou telles choses, notre métier consiste à être sur les pistes d’entrainements pour travailler nos chevaux afin de les emmener au mieux de leur forme. A ce rythme-là, nous allons devoir bientôt tout déclarer, pourquoi ne pas indiquer les œillères, bonnets fermés, lasso ou encore brides et enrênement, des choses simples que nous pouvons décider de changer au dernier moment en fonction des heats d’échauffement. Il faut rester dans le domaine du raisonnable, la transparence est une bonne chose pour les parieurs mais n’en demandons pas trop aux entraîneurs qui sont déjà soumis à un rythme de travail soutenu toute l’année. Un entraîneur doit être sur la piste, pas derrière le minitel. Pour conclure, comme le dit si bien l’adage, « pas de pieds, pas de cheval ».

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article