Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ecurie Kevyn Thonnerieux

Actualités de l'écurie Kevyn Thonnerieux, entraîneur et driver de chevaux de courses

Les smileys de la discorde

Les emojis ou smileys vert, orange et rouge sont une création de nos dirigeants pour permettre aux entraîneurs d’indiquer les chances de leurs chevaux aux turfistes. Cette nouveauté avait certainement pour but premier d’aider les néophytes à avoir quelques indicateurs à leurs dispositions, les vrais turfistes n’ayant absolument pas besoin de cela pour effectuer leurs paris. Aucun vrai turfiste ne va se servir de ces emojis pour faire son jeu, le parieur va faire le papier encore et encore jusqu’à avoir suffisamment de certitudes pour valider son ticket. L’idée pouvait paraître être bonne sur le papier, mais force est de constater qu’elle n’est guère appréciée par les parieurs, mais également par certains professionnels, elle est loin de faire l’unanimité, pire, elle est même sujette à polémique en ce début de meeting d’hiver à Vincennes.

Nous pouvons déplorer plusieurs polémiques avec ses verts rouges et oranges en ce début d’hiver, les réseaux sociaux s’enflamment très vite après chaque succès d’un rouge, ce qui peut tout à fait se comprendre. Oui mais, car il y a toujours un mais, les professionnels jouent très bien le jeu dans l’ensemble, mais certains, peut-être réfractaires à cette nouveauté, ne le font pas, et placent des emojis rouge à chacun de leurs partants, certainement une manière à eux de protester contre ce qu’ils considèrent comme une aberration. Pour notre part, nous préférons rester neutres, un peu comme la Suisse, le orange nous convient à merveille, peut être par fétichisme, mais surtout parce que nous connaissons trop les chevaux pour savoir qu’ils peuvent très bien nous faire mentir. Inutile de placer un vert lorsque nous sommes confiants avec l’un de nos protégés, vous pouvez être sur que nous serons à la rue comme ce fut le cas dimanche dernier avec Darco Poterie à Nîmes, seul vert que nous avons déclaré depuis sa création. Il suffit, la plupart du temps, de regarder s’ils sont présentés ferré ou déferré pour se faire sa propre idée, les parieurs ont désormais beaucoup d’indication pour se faire leur propre opinion. Trop facile de mettre les entraineurs dans cette position, nous pouvons aussi nous tromper dans notre jugement, c’est ce qui fait la beauté de nos courses, dans ce cas, les parieurs se sentant lésés, pourront s’en donner à cœur joie pour nous tomber dessus gratuitement. Aujourd’hui, avec la presse hippique, la télévision et les réseaux sociaux, les turfistes peuvent avoir beaucoup d’informations, nous ne pensons pas que ces emojis soient d’une grande utilité en soi, si ce n’est pour les néophytes. Nous ne critiquons absolument pas cette initiative, LeTrot a trop souvent été la cible de toutes les attaques pour son immobilisme pendant des années, il faut peut-être laisser le temps au temps avant d’être trop vindicatif envers ce projet. Par contre, il faudra peut-être vérifier, de par la loi, s’il n’existe pas quelques conflits d’intérêts. La loi sur le jeu est en principe très surveillée, nous pensons tout de même que nos instances ont bien pris leurs précautions avant de mettre en application leur projet.

Nous allons peut-être nous répéter, mais vous ne verrez que très rarement du vert sur nos chevaux, l’orange et le rouge resteront nos couleurs favorites. Notre blog donne suffisamment d’indication à nos lecteurs sur les chances de nos partants pour ne pas en rajouter. Trop d’informations tuent l’information. A l’avenir, il se pourrait bien que nous soyons dans l’obligation de tout indiquer à chaque partant, à savoir leurs embouchures, s’ils porteront ou non un bonnet fermé, des œillères plates ou descendantes, des plaques sous les pieds, et pourquoi pas s’ils ont vu le vétérinaire ou un ostéopathe dans les jours qui précédent la course. Allons plus loin, pourquoi ne pas non plus indiquer s’ils ont bien voyagé ou s’ils ont bien uriné avant la course. Un jour ou l’autre, nous serons certainement obligés de déclarer si nos deux et trois ans portent des plaques sous les pieds, nous ne sommes pas contre, bien au contraire, les chevaux étant allégés auront toujours un avantage certain par rapport aux chevaux ferrés lourdement, autant en faire part aux parieurs.

Pour conclure, évitons les polémiques inutiles, laissons le temps au temps pour voir ce qui fonctionne ou non et laissons nos instances s’adapter à la situation, ils sauront rectifier le tir si le besoin s’en fait sentir. Toutes les nouveautés sont les bienvenues pour essayer d’attirer une nouvelle clientèle et fidéliser les anciens. La transparence est une vertu qu’il ne faut pas oublier tout en sachant qu’il n’existe aucune vérité avec les chevaux. Nous n’avons pas de boule de cristal pour savoir si l’un de nos chevaux peut passer ou non le poteau en vainqueur, c’est toute la beauté et la grandeur de ce sport (car oui les courses sont un sport), ne l’oublions jamais.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

peronneau gustave 01/12/2020 15:18

BONJOUR,
c'est nul ces smileys ,on a assez de renseignement par tous,et c'est à nous turfiste de fouiner dans tout ce qui nous ait dit et de faire le tri
amicalement