Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ecurie Kevyn Thonnerieux

Actualités de l'écurie Kevyn Thonnerieux, entraîneur et driver de chevaux de courses

Un voyage au long cours

Notre dernier voyage en Mayenne et Normandie n’a pas été de tout repos, il a même été assez mouvementé, comme le sont souvent les périples loin de notre belle région. Nous devions absolument prendre la route pour accompagner Epico Blue dans son nouvel environnement, récupérer nos poulinières, et déposer également une jument appartenant à Manuel Garcia qui n’a jamais eu l’occasion de débuter sous notre entrainement.

Notre voyage a débuté par un arrêt aux alentours de Lyon afin de récupérer notre petite pouliche qui devait se rendre en Normandie pour être débourré. Mais la petite au caractère bien trempé a refusé catégoriquement de monter dans le camion, nous avons dû rendre les armes après plus d’une heure d’effort inutile. À sa décharge, nous n’avions pas les conditions idéales pour y parvenir, la nuit avait fait son apparition, il aurait été plus simple d’arriver à nos fins en pleine journée mais parfois, il y a des impondérables que nous ne pouvons pas éviter.

En général, nous nous rendons directement en Normandie, il est assez rare de nous voir faire escale en Mayenne, nous l’avons fait à cette occasion pour des raisons bien précises. Les tournées sont toujours programmées à l’avance pour ne pas perdre du temps inutilement mais souvent des contretemps viennent perturber nos petites escapades. Nous nous sommes donc rendu en Mayenne dans un premier temps, d’abord pour déposer une petite pouliche mais aussi pour récupérer un cheval pour un entraineur du sud-est. Il est toujours important de se rendre service mutuellement lorsque les occasions se présentent. Aux alentours de cinq heures du matin, le GPS nous à amener à l’adresse indiquée, sauf qu’à cet endroit précis, il n’y avait pas âme qui vive si ce n’est un chemin de terre, puis d’herbe, bref un cul-de-sac, qui n’était pas prévu au programme. Rien de mieux pour commencer la journée que de devoir tenter une marche arrière, dans la pénombre et sur un chemin boueux. Après plusieurs minutes d’efforts intensifs, nous avons réussi à nous sortir de ce traquenard puis par un heureux concours de circonstances, nous avons également trouvé la destination finale pour déposer l’heureuse élue. Le camion est ensuite reparti de plus belle pour deux heures de route à destination de l’établissement de Mathieu Mottier, situé bien au-dessus de Laval. Vers 8H30, notre Epico Blue faisait connaissance avec son nouvel environnement, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a fait une arrivée fracassante, histoire de bien se faire remarquer par son nouvel entraîneur. En effet, suite à une légère erreur d’un chauffeur fatigué par de longues heures sur le bitume, le protégé de l’écurie GTA est descendu du van, à sa manière, de manière brutale et sans ménagement. En liberté au milieu de la cour, Epico s’est dégourdi les jambes en faisant quelques mètres au trot avant de se poser devant le camion pour observer sa nouvelle demeure et d’attendre gentiment d’être pris en main pour ensuite rejoindre son nouveau boxe.

Après ce petit couac sans gravité, nous avons pris la direction de la Normandie afin de récupérer Haro Darche, stationné chez notre ami et grand professionnel, Franck Gougeon. Ce coup-ci, aucun problème à déplorer, tout s’est parfaitement déroulé, aucun accroc à signaler, ce qui était une grande première au cours de ce voyage. Le fils de Laetenter Diem est monté sans tracas dans le camion, nous l’avons chargé suffisamment en foin afin qu’il puisse se ravitailler tranquillement au cours du voyage retour. Mais avant de penser à rentrer, un dernier arrêt obligatoire un peu plus haut en Normandie nous attendait pour rapatrier nos poulinières, Vipérine de Ver et Caribbean Sea, stationné chez Isabelle Vilault, près de Crèvecœur-en-Auge. Nous avons pu également rendre visite à nos petits bébés, présents surplaces, un moment appréciable et apprécié à sa juste valeur.   

Après ce dernier arrêt, nous avons enfin pu prendre la direction du retour où 12 longues heures de route nous attendaient. La fatigue est l’ennemie du conducteur, un danger pour nous et les autres, il faut absolument faire des pauses tout au long du trajet afin de se reposer, s’alimenter et se dégourdir les jambes, sans cela, il est impossible d’aller au bout. Nous avons pris tout notre temps pour rentrer sain et sauf de notre périple, nous avons fait les arrêts nécessaires lorsque nous en avions besoin et le retour s’est relativement bien passé, même s’il a été long, même très long avec toute cette fatigue accumulée. A deux heures du matin, nous avons enfin pu souffler, nous étions enfin rentrés à la maison, les chevaux ont pu retrouver leurs boxes rempli de pailles et de grains. Après quelques petites heures de sommeil, retour aux affaires quotidiennes, pas le temps de bailler aux corneilles, les chevaux ont toujours besoin de nous et réciproquement ….

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article