Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ecurie Kevyn Thonnerieux

Actualités de l'écurie Kevyn Thonnerieux, entraîneur et driver de chevaux de courses

Propriétaires, apprentis, turfistes, les oubliés de la crise

L’inquiétude grandit de jour en jour, toutes les parties prenantes de la filière se posent mille et une questions sur l’avenir de nos courses. Les propriétaires sont également dans une situation peu évidente, qu’ils soient petits ou gros, ils ont tous cette profonde inquiétude pour leur passion et leur investissement. Avec la récession économique qui s’annonce sévère et désastreuse, l’avenir des investisseurs apparaît bien morose, bon nombre d’entre eux vont connaitre des jours sombres dans leur activité professionnelle, les mêmes que ceux des socioprofessionnelles. A un moment donné, ils vont devoir également faire des choix, leurs priorités ne seront certainement plus leur passion pour les chevaux, certains risquent d’arrêter ou de faire des coupes budgétaires drastiques dans leurs loisirs. Si par malheur, nous connaissons une nouvelle baisse des allocations, beaucoup de propriétaire vont cesser d’investir dans la filière, ce qui aurait des conséquences désastreuses pour l’avenir des nos courses. Il faut que nos instances fassent le maximum pour éviter le pire, l’aide de l’Etat va devenir indispensable, sans des mesures concrètes, il ne restera plus que les grosses « écuries » dans les courses hippiques en France pour se partager la dernière part du gâteau. Personne ne veut en arriver là, nos sociétés-mères devront jouer serrées, être unis, ils se doivent de protéger tout le monde pour sauver la filière.

 

 

Au même titre que les propriétaires, les apprentis ou employés sont rarement évoqués dans cette crise sanitaire, ils sont pourtant dans l’ombre des entraîneurs, ils ont cet amour du cheval et cette vocation, ils sont toujours présents dans les bons ou mauvais moments. Mais au vu de la crise, ils se posent beaucoup de questions sur leur avenir dans ce métier, certains évoquent une possible reconversion si d’aventure la crise devait plonger le monde des courses dans les abysses. Il est normal de se poser les bonnes questions, surtout dans ses périodes sombres, mais il ne faut pas non plus prendre des décisions sur un coup de tête. L’avenir ne s’annonce peut-être pas aussi radieux qu’autrefois, cependant, il faut savoir garder la tête froide et faire les bons choix au moment opportun, pour ne pas les regretter par la suite. Nos apprentis sont les professionnels de demain, nous nous devons de les guider au mieux, il ne faut surtout pas les oublier dans cette crise.

 

 

Dernier point très important, les turfistes, qui sont l’un des maillons essentiels de la chaîne. Après la crise sanitaire, les parieurs auront certainement d’autres priorités que de retrouver les champs de courses et de miser autant qu’auparavant. Tout le monde sera impacté par cette crise, le PMU aura bien du mal à relancer la machine, les ménages vont également souffrir, tout cela demandera beaucoup de patience avant de retrouver un semblant de retour à la normale. Nos dirigeants auront la lourde tâche de négocier au mieux auprès des pouvoirs publics, ils devront penser à tous les maillions de la chaîne, personne ne devra être oublié.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
W
Les amateurs propriétaires sont aussi oubliés on dirait... dans le meilleur des cas, les réunions PMH reprendront mi-juillet : rien n'est fait pour que ce soit avant et ce sera même peut-être plus tard... Cela aussi peut engendrer le désengagement de certains investisseurs et le perte des entraîneurs qui gagnent leur vie en province...
Répondre