Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ecurie Kevyn Thonnerieux

Actualités de l'écurie Kevyn Thonnerieux, entraîneur et driver de chevaux de courses

Baisse des allocations en 2019 : La province prend cher

La filière hippique entame un virage important dans son histoire avec une baisse conséquente des allocations de l’ordre de 26 millions d’euros pour 2019. La manière dont elle sera répartie interpelle bon nombre d’entraineurs provinciaux, 15 millions pour la province contre seulement 11 millions pour la région parisienne.

En ces temps de crise, nous sommes tous conscients que nous devons fournir des efforts pour que la filière maintienne la tête hors de l’eau, mais les professionnels de province sont très inquiets de la répartition de cette baisse des allocations. Contrairement à ce qui avait été envisagé, la province sera impactée à 55% contre 45% en région parisienne, une anomalie, sachant que les plus petites allocations sont en province. En prenant une telle décision, une minorité d’entraineur va continuer à s’emparer de la plus grosse partie du gâteau, alors que les ‘petits’, en province, vont subir de plein fouet cette baisse ce qui risque d’entrainer des dégâts bien plus importants que peuvent l’imaginer nos chères têtes penseuses, rue d’Astorg. Oui, les conséquences peuvent être tragiques, beaucoup d’entraineurs pourraient cesser leur activité, ou à un degré moindre, réduire leurs effectifs et se séparer de leur personnel. Les petits propriétaires pourraient aussi ne plus investir dans la filière, ils vont se montrer réticents à acheter des chevaux (très cher) pour des allocations au rabais.

 

 

Il faut absolument revenir à la raison, Vincennes reste la vitrine du trot en France, le Graal, mais nos dirigeants doivent absolument revoir leur copie. Certaines épreuves ont des allocations trop dotées, notamment dans les courses au trot monté ou dans les prix de série. Comment peut-on accepter de voir des courses au trot monté de 80.000€ avec seulement 7 partants à Vincennes alors qu’en province nous avons des épreuves de 18 partants dédoublées pour seulement 12.000€. La province reste la base, la majorité des chevaux sont obligés de passer par les petites courses avant d’espérer arriver au sommet, la province ne doit pas être dénigrée à ce point, elle reste le berceau de nos courses.

A moyen terme, sans réformes concrètes, nous risquons de connaitre le triste sort qu’a pu connaitre l’Italie, l’Espagne ou la Belgique. A l’avenir, nous pourrions avoir des courses dotées de 4000€ maximum, comme dans ces pays, nous n’en voulons pas, mais pour cela, il faut que nos dirigeants réagissent, car cette décision peut avoir de très grave conséquence. Nous ne pensons pas que le Pmu se redressera en 2019, il faudra plusieurs années pour voir si le résultat des réformes entreprises porte ses fruits. Equistratis propose des solutions, il faudrait les écouter et ne pas fermer la porte au débat avant qu’il ne soit trop tard.

 

 

En attendant, plusieurs professionnels ont lancé une pétition en ligne pour que la SECF revoit sa position sur la répartition de la baisse des allocations. Nous vous invitons à la signer si vous partagez notre vision des choses.

 

Signez la pétition :

 

https://www.unepetition.fr/petition-4575?fbclid=IwAR1zOXhg7g7bSlFNNF_uX3fOtXm5-bTVYf8mRp8M3WHcV4dY8ejcQatkbrc

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article