Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ecurie Kevyn Thonnerieux

Ecurie Kevyn Thonnerieux

Actualités de l'écurie Kevyn Thonnerieux, entraîneur et driver de chevaux de courses

Il n’y a pas pire qu’un cheval pour vous faire mentir

Les commentaires négatifs sur les réseaux sociaux  sont monnaies courantes, surtout lorsqu’un entraineur n’a pas su donner les bonnes informations aux turfistes sur leurs chevaux. Si nous avons le malheur de nous tromper sur l’un de nos protégés, c’est un déferlement de haine qui s’abat sur l’entraineur en question. Cela devient récurrent, les sous-entendus et les insultes fusent. Bienvenu dans le monde merveilleux du 2.0
Récemment, nous avons eu maille à partir avec certains internautes. Notre cheval, Darco Poterie a eu le malheur de gagner à Vivaux alors que nous avions indiqué au micro d’Equidia notre pessimisme pour la victoire. Nous avions précisé que le cheval avait travaillé moyennement, mais surtout que sa dernière prise de sang n’était guère rassurante. Nous espérions simplement le voir bien courir, histoire de nous rassurer, nous étions à mille lieues de penser qu’il allait l’emporter avec la manière. On nous reproche d’avoir joué franc jeu avec les turfistes, mais il était impossible, pour nous, de mentir aux parieurs, on ne pouvait pas leur dire que le cheval était au top et que nous comptions terminer sur la plus haute marche du podium. 

 


Il est souvent reproché aux professionnels de ne pas assez communiquer avec les turfistes. Certains sont peu bavards, d’autres se fétiche un peu, mais une bonne majorité joue le jeu, il y a même de très bons clients comme Gilles Curens. Dès que l’un d’entre nous a le malheur de se tromper, on lui tombe dessus comme s’il avait volontairement livré des fausses informations dans le but de faire monter la côte et d’encaisser le maximum au détriment des parieurs. C’est le fantasme d’une minorité d’internautes et de turfistes. Il faut arrêter de penser que les professionnels truquent les courses, qu’ils livrent de fausses informations pour toucher au jeu. Nous ne sommes plus dans les années 70, maintenant tout est surveillé, contrôlé, et réglementé. Nous n’avons aucune raison de donner de mauvaises indications sur nos chevaux, bien au contraire, il en va de notre crédibilité. Il faut bien comprendre qu’un cheval ne parle pas, nous n’avons que notre ressenti pour connaitre son état de forme, il peut être mal le samedi puis se sentir beaucoup mieux le mercredi. Ils ont des jours avec et des jours sans, sauf qu’ils ne savent pas l’exprimer comme nous. 
Le PMU, le Trot nous demande de communiquer bien plus souvent au micro d’Equidia ou aux journalistes hippiques pour livrer des informations et être plus proche des turfistes. Nous le faisons avec plaisir mais à force de se faire insulter ou d’être traité de tricheurs, la plupart d’entre nous ne le feront plus, ils se comporteront à la manière d’un André Fabre, invisible depuis des décennies. Ne vous trompez pas sur nos intentions envers les parieurs, notre but n’est pas de les diriger dans le mauvais sens. Nous essayons de faire au mieux pour leur faire part de notre ressenti sur les derniers travaux de nos chevaux et sur leur état de forme. 

 


Nous savons pertinemment que cette petite mise au point n’aura que peu d’impact, il y aura toujours des personnes pour voir la mal partout. Nous avons besoin des parieurs pour continuer à faire vivre la filière, il serait suicidaire de notre part de les induire en erreur, nous devons marcher main dans la main, c’est notre façon de voir les choses. Oui il y a des brebis galeuses comme dans tout corps de métier, mais 99% des professionnels sont honnêtes dans leurs propos, en aucun cas, ils essayent de tromper les parieurs. « Il vaut mieux se tromper en allant de l'avant que d'avoir raison en reculant. ». 

​​

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article