Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ecurie Kevyn Thonnerieux

Ecurie Kevyn Thonnerieux

Actualités de l'écurie Kevyn Thonnerieux, entraîneur et driver de chevaux de courses

Le PMU au chômage technique jusqu'au 1er juillet

L’annonce du PMU a fait l’effet d’une bombe dans le monde hippique, Cyril Linette, le directeur général, a décidé de placer ses salariés au chômage technique jusqu’au …. 1er juillet sur recommandation du gouvernement. Ce n’est pas le fait de stopper son activité en cette période de crise qui peut interpeller, c’est surtout la date à laquelle le PMU prévoit de reprendre son exercice, une cessation d’activité de trois mois pourrait avoir de très lourdes conséquences pour l’ensemble de notre profession.

 

 

Aux dernières nouvelles, les courses hippiques étaient suspendues jusqu’au 15 avril, nous nous doutions bien que l’activité ne pouvait pas être reprise à cette date, que le confinement serait prolongé de plusieurs semaines pour stopper l’épidémie. Avec cette annonce, l’opérateur a mis le feu aux poudres, les professionnels, déjà dans la tourmente, ont été pris de panique, l’inquiétude s'est propagée dans tout l’hexagone, la grande majorité d'entre nous se sont posées des questions sur leur avenir déjà précaire. Hier matin, nous n'avions qu'un seul et unique sujet de préoccupation, comment survivre durant à cette période et même au-delà. A notre connaissance, peu d'entraîneurs ne possèdent la trésorerie nécessaire pour tenir le choc durant trois mois sans aucune rentrée d'argent. Pour 90% d’entre nous, les prochaines semaines vont être très difficiles à vivre, ils se pourraient bien qu’une partie de la profession ne s’en remettent jamais, qu’ils soient obligés de faire faillite à moins d’une intervention divine des pouvoirs publics. Nous n’avions aucune nouvelle des sociétés-mères avant une newsletter parue le 20 mars sur le site Infonet.fr, la crise est telle que tout le monde est pris au dépourvu, chacun vit au jour le jour, au gré du bon vouloir du COVID-19. Après cette mauvaise nouvelle, LeTrot a tenu à apporter quelques précisons pour rassurer l’ensemble de la filière à travers une nouvelle newsletter. Nos dirigeants ont tenu à apporter quelques précisions concernant le chômage technique des salariés du PMU, Cyril Linette et ses équipes ont pris cette mesure pour réduire l’impact financier de la crise et permettre le meilleur redémarrage possible. La date annoncée est une date butoir recommandée par le gouvernement mais en aucun cas celle d’une reprise de l’activité des courses hippiques, elle peut être levée du jour au lendemain dès que la situation sanitaire le permettra.

 

 

 

Pour tenir le coup en attendant des jours meilleurs, les professionnels ayant la chance d’avoir des chevaux en pension, devront compter sur la solidarité de leurs propriétaires. Pour cela, il faudra se montrer très convaincant, il ne sera pas évident de faire comprendre à certains d’entre eux qu’ils vont devoir payer une pension alors qu’aucune course n’est d’actualité pour le moment. Pourtant, sans l’apport de ces pensions dans la trésorerie des professionnels, il sera impossible de survivre, pire, ils ne pourront pas conserver leurs chevaux, à court ou moyen terme. Pour notre part, nous n’avons plus le choix, nous allons devoir prendre des mesures draconiennes pour diminuer le nombre de chevaux au sein de notre effectif dans l’espoir de tenir le choc jusqu’à la reprise des courses. Nos futures décisions ne feront pas plaisir à tout le monde, mais elles sont essentielles à notre éventuelle survie, nous ne pouvons pas continuer avec un nombre trop important de chevaux à l’entrainement ou au repos. Chaque jour devient de plus en plus délicat à vivre, nous sommes comme une grande majorité de Français, soucieux de la situation sanitaire du pays et du coronavirus. Il faudra absolument rester unis et solidaire pour sortir de cette crise, c’est ensemble que nous y parviendrons, ne l’oubliez pas.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article