Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ecurie Kevyn Thonnerieux

Ecurie Kevyn Thonnerieux

Actualités de l'écurie Kevyn Thonnerieux, entraîneur et driver de chevaux de courses

Ismaël Momoh Dominguez, l'apprenti de confiance

De nos jours, avoir confiance en autrui est devenu très difficile, il est très dur de trouver des gens de confiance, que cela soit dans son cercle familiale, amicale ou professionnelle. La confiance se mérite, personne ne peut la donner au premier venu, il faut souvent du temps avant de pouvoir l’accorder, il faut prouver au quotidien que nous méritons la confiance que l’on peut nous accorder de part son travail, sa loyauté, sa fidélité, d’être présent dans les bons mais surtout dans les mauvais moments. Ses qualités sont essentielles mais pas seulement, il ne faut jamais oublier la main qui vous nourrit, ne pas avoir la mémoire courte, ne pas être manipulateur comme beaucoup peuvent l’être de nos jours, car quoi qu’il arrive, vous serez démasqué un jour ou l’autre, votre vrai visage ressortira obligatoirement si vous n’êtes pas sincère avec les autres. Ce petit laïus philosophique n’était pas forcément opportun dans cet article, vous pouvez me l’accorder, mais il est bon parfois de rappeler les bases de la confiance, car certains ont souvent tendances à l’oublier, surtout dans ce monde devenu complètement fou. 

Aujourd’hui, nous tenons à mettre en lumière l’un de nos apprentis, en l’occurrence, Ismaël Momoh Dominguez qui a su prendre le bon chemin pour devenir l’un des hommes importants de l’écurie. Certes, il n’est encore qu’un simple apprenti, mais au vu de son travail au quotidien, il est devenu bien plus que cela, il a répondu à nos attentes pour devenir l’un des hommes de confiance de l’écurie au fil des années. Notre jeune padawan possède toutes les qualités pour devenir un excellent premier garçon dans une écurie. Discret mais efficace dans ses tâches, taiseux comme peut l’être parfois son maître d’apprentissage, il fait preuve de beaucoup de maturité dans son travail et dans sa réflexion malgré son jeune âge. Ismaël a soif d’apprendre, il est toujours à l’écoute et dans l’observation qu’il essaye de mettre à profit dans son travail, il ne se croit jamais arriver, bien au contraire, il se pousse lui-même dans ses retranchements pour ne pas tomber dans l’excès de confiance. Notre apprenti n’aime pas les éloges, il préfère ne pas savoir ce que nous pensons de lui pour sans cesse repousser ses limites et faire mieux dans son quotidien, c’est ainsi qu’il voit les choses pour continuer à progresser.

Notre apprenti n’est qu’au début de sa formation, il a encore mille choses à apprendre, il le sait pertinemment notamment en compétition où il n’a pas encore pu vraiment démontrer son potentiel. Ismaël n’a pas encore, pour le moment, ce mauvais état d’esprit, ce mauvais reflexe que beaucoup d’apprentis peuvent avoir dès leur début, à savoir vouloir porter la casaque en piste coûte que coûte, sans avoir prouvé qu’ils le méritaient tous les jours au travail. Car oui, la compétition ne doit être que la juste récompense de leur besogne, ceux qui travaillent dur et d’arrache-pied doivent être gratifié de la sorte, les autres doivent le démontrer par leurs actions au préalable. Ismaël a encore le temps de se façonner au sulky, il doit encore apprendre sur la piste tous les matins, mais bientôt, il aura sa chance, dès que nous le jugerons apte à défendre correctement les premières chances de nos protégés dans la catégorie des apprentis. Ismaël est une personne posé, avec la tête sur les épaules, il connait ses points forts et ses faiblesses, il fait toujours en sorte de s’améliorer et sait pertinemment que seul le travail paiera. 

Nous ne sommes pas là pour tresser des louanges à Ismaël Momoh Dominguez, nous sommes simplement juste par rapport à ce qu’il nous montre au travail, il s’agit d’un excellent apprenti qui pourrait très bien avoir un bel avenir dans ce métier s’il poursuit dans cette voie. Désormais, tout est entre ses mains, à lui de ne pas se laisser griser par les compliments, à lui de faire en sorte de progresser jour après jour, à lui d’être toujours à l’écoute, à lui de ne pas passer dans le côté obscur de ce métier. Nous avons amplement confiance en lui, nous savons qu’il possède la maturité nécessaire pour ne pas faire les mauvais choix. Désormais, notre « Momoh de Guez » ou « Ismaël du Pont », comme on le surnomme affectueusement, va devoir franchir le petit palier qui lui manque, son apprentissage n’est qu’à ses balbutiements pour devenir le Jedi qu’il mérite.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article